• Un bon coup de rame

     

    Un moine vivait à Hua ting, sur le bord de la rivière. On savait peu de choses sur lui, sauf qu'il se nommait Te Cheng et qu'il possédait une petite barque. La barque était arrimée sur le bord de la rivière et Te Cheng somnolait comme un bienheureux.

    Un jour, un fonctionnaire de province passa par là et l'interpella d'un ton ironique :
    "Que fait donc le vénérable maître ?"

    Te Cheng lui montra sa rame :
    "Comprenez-vous le sens de cela ?"

    La fonctionnaire un instant interdit, répondit ;
    "Non je ne comprends pas du tout !"

    Te Cheng ajouta :
    "J'ai ramé encore et encore. J'ai brassé tellement d'eau. Il est si difficile de trouver le Poisson d'Or !"

    Quelque temps après cette mystérieuse discussion, un maître Chan, Chia Chan, vint consulter Te Cheng qui le reçut avec considération.

    "Bon pratiquant, de quel monastère venez-vous ?"

    Chia Chan avança alors tout son savoir et donna fièrement une réponse qui était une vitrine de ses connaissances :
    "Ce qui est comme cela n'est pas immuable, et ce qui est immuable n'est pas comme cela !"

    Te Cheng enchaîna :
    "Si l'on ne peut pas décrire cet endroit, à quoi ressemble-t'il ?"

    Chia Chan s'avança fièrement :
    "Les mots ne peuvent décrire la forme, et la forme est vide. Maître je ne puis vous répondre.

    - Ainsi, tu ne sais pas d'où tu viens, répliqua Te Cheng d'un air entendu. Et çà tu sais ce que c'est ?
    Te Cheng lui montra la fameuse rame. Et sans laisser le temps à Chia Chan une chance de répondre il lui en balança un coup sur la tête.

    On raconte que Chia Chan connut alors l'éveil subit et qu'il laissa définitivement tomber la dialectique.

     

    Gasshô Henri

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :