• S'offrir une plongée au cœur du Dharma

    S'offrir une plongée au cœur du Dharma

     

    S'offrir une plongée au cœur du Dharma, est sans aucun doute le plus beau cadeau que peut s'offrir un bouddhiste. C'est un peu comme lorsque le fond d'un tonneau lâche, à partir de ce moment là le nectar peut se répandre sans aucune contrainte.
    Cette notion de plongée correspond à l'ouverture du cœur qui est nécessaire pour explorer la voie de la grandeur.


    Si vous chantez les sutras du Bouddhisme à votre petit déjeuner, vous avez beaucoup de chance. Le petit déjeuner du policier lui sert à poursuivre les voleurs. Le petit déjeuner du pickpocket lui sert à voler les billets de 10 dollars dans la poche des autres. Le petit déjeuner est le petit déjeuner. Sa signification varie en fonction des individus. Si vous prenez votre petit déjeuner pour offrir votre corps et votre esprit au Bouddha, à l'univers, vous avez vraiment beaucoup de chance. Offrir votre corps et votre esprit  au Bouddha, c'est offrir votre corps et votre esprit au vide ; c'est le sens originel de l'action humaine.

    Dainin Katagiri (Retour au silence – Points Sagesses)


    Un des écueils à éviter c'est de s'offrir cette plongée dans le Dharma... pour soi. Le bouddhisme n'est pas là pour nous aider à vivre, mais le bouddhisme est la vie. La voie du Boddhisattva implique une pratique totale pour le Dharma.


    "Ne pratiquez pas pour vous,
    Ne pratiquez pas pour autrui,
    Pratiquez pour le Dharma".

    Dôgen Zenji

     


    La pratique du bouddhisme se fait avec l'esprit «mushotoku», autrement dit «Il n'y a rien à obtenir». Une véritable plongée dans le Dharma ne peut se faire qu'à cette condition.


    Les  gens comprennent et utilisent le bouddhisme de travers. Si vous étudiez le bouddhisme en songeant qu'il va vous aidez, vous utilisez le bouddhisme pour votre ego, pour votre égoïsme. Quelle que soit la manière dont vous vous y prenez, c'est une pratique égocentrique. Si vous continuez à pratiquer ainsi, vous ne serez jamais satisfait, parce que le désir n'a pas de fin.

    Dainin Katagiri (Retour au silence – Points Sagesses)

     


    Pour éviter l'écueil de la pratique pour soi il est important de s'offrir, d'ouvrir son cœur au Dharma. C'est aussi le sens de la dédicace universelle, récitée traditionnellement chaque jour : «Notre vœux est que, par ces mérites universellement à tous propagés, nous-même et les êtres réalisions tous ensemble la voie d'Eveillé».


    Quand le Dharma est proche de vous, vous ne vous en sentez pas satisfait. Quand le Dharma est loin de vous, alors vous vous sentez satisfait. C'est un point important. Lorsque vous faites vos premiers pas dans l'étude de n'importe quelle discipline, la physique, la psychologie, le zen, vous vous sentez heureux. Mais plus vous avancez, plus vous vous rendez compte que vous êtes insatisfait. Quoi que vous pratiquiez, et pas seulement le Bouddhisme, si votre vie est en phase avec la vie humaine, vous ne vous sentirez pas satisfait. Il y aura toujours quelque chose à faire. Si vous vous tournez vers l'avenir, si vous étudiez, si vous développez vos connaissances, plus vous approfondirez votre domaine, plus vous sous sentirez insatisfait. C'est tout à fait naturel. Et cela vaut également pour la pratique du bouddhisme. Aussi, ne vous servez pas du bouddhisme pour votre profit. Offrez votre corps et votre esprit au Dharma du Bouddha. Bouddha n'est pas un dieu ; Bouddha est votre vie de tous les jours.

    Dainin Katagiri (Retour au silence – Points Sagesses)

    Gasshô - Henri


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :