• Méditer en plein-air

    Méditation Zen

    Dans notre groupe nos avons mis en place une méditation matinale. Tous les quinze jours, à 7 heures du matin nous nous retrouvons dans un parc du centre-ville pour un zazen de 40 minutes. Pourquoi le faire en plein-air ?
    Zazen en plein-air, en ville ou dans la nature est une expérience différente du zazen en dojo. Les conditions sont bien sûr complètement différentes, les sensations ne peuvent donc pas être les mêmes. Les odeurs, les sons, même si nous ne nous y attachons pas en méditation, prennent une importance insoupçonnée. Suivant le temps le corps reçoit des sensations spécifiques, parfois opposées d'un jour à l'autre.

    Méditer en plein-air, dans ce sens, est une expérience qui permet de s'ouvrir au monde. La méditation est plus ouverte, moins introspective que lorsque l'on est face au mur. Sommes-nous prêt à ne pas avoir peur du regard des autres, de quelques gouttes de pluie, ou du froid ?

    Sommes-nous prêt à faire comme le Bouddha, méditer et enseigner dans la nature ? Peut-être devrions-nous prendre pour exemple le moine zen japonais Sodô Yokoyama.

    Sodo Yokoyama


    Ce moine né en 1907 et mort en 1980, après avoir passé 8 ans auprès de maître Kodo Sawaki, est revenu dans sa ville natale de Komoro.  Jusqu'à sa mort, il a passé chaque journée dans le parc municipal de Kaikoen.

    entrée parc de kaikoen

    Il méditait, composait des poèmes et jouait de la musique en soufflant dans les feuilles pour les enfants. les habitants le surnommèrent très vite “le maître zen Flûte d’herbe”.

    Gasshô Henri




    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :